Je n'ai pas envie de faire de ce blog une fontaine de larmes, même si pour moi il est un vrai défouloir, il n'ya pas de raison que je vous inonde.

Je ne vais pas mentir non plus... Dernièrement une blogeuse à parlé de piscine... On s'enfonce dans une piscine et puis on refait surface un beau jour où tout va bien pour retomber le lendemain dans une piscine plus profonde où l'on ne voit pas le fond... Ça me parle. Voilà où j'en suis. Bien sûr si vous me voyez dans la rue vous me verrez rire, vous me verrez faire la folle avec mes enfants, parce qu'ils n'ont pas demandé à avoir une mère pleureuse alors je donne le change pour eux et pour les autres. Mais je vois bien que je me mens à moi-même et aux autres.

Je n'ai pas toujours la patience qu'ilo faudrait avec les enfants à cause de cette saleté qui me ronge. Je ne suis pas cool avec Sieur Diabolo non plus. Je lui en veux toujours même si je sais que j'ai ma part de responsabilité dans l'affaire. Mais m***** pourquoi a-t-il fallut qu'il pète un câble chez le psy il y a un an ? pour 30 minutes de pétage de câble, 365 jours de mouise. Clap clap clap bravo merci.

Et ces P****** d'hormones qui me rappellent à l'ordre qui me crient que ce n'est pas fini, que je ne peux pas avoir déjà dit adieu à la maternité moi qui ne rêvais que de ça, être mère... Peu de gens comprennent. Pour eux j'ai eu deux enfants, un garçon et une fille de surcroîts, je n'airien à demander de plus, j'ai fait mon boulot de mère basta. Eh bien non... Non, mon rêve de 3, de 4  est toujours là je n'y peux rien, c'est au fond de mes tripes et ça me bouffe au quotidien.

Certains jours ça va, je surmonte... Et d'autres... C'est l'horreur... Je pensais naïvement que ce serait plus simple à présent que j'ai eu la chance de donner la vie... Mais c'est pareil, je ne vois pas de différence, la douleur est la même, je sais que je n'en ai pas fini avec la maternité, et tout est fait pour me décourager, me dégoûter, la psy du CECOS qui a bloqué notre dossier jusqu'à novembre (et dont nous avons AUCUNE news) Diabol qui m'assure qu'il me suit dans mon idée d'agrandir la famille et qui le lendemain va me dire que l'on est bien aussi à 4... Les traitements, l'âge qui avance, les copines qui arborent un gros ventre, des n°3 qui poussent partout....

Et puis il y a eu cette maison, une grande maison, acheté une misère, un espoir de la voir se remplir... Elle a 3 chambres mais peut potentiellement en avoir 3 de plus si on le souhaite (on va pas exagérer non plus ^^) elle est si peu chère qu'elle va nous permettre de faire autre chose que de payer les factures sans  rien faire à coté... elle m'apporte de l'espoir, de la projection et un but où me focaliser autre que la PMA... Mais tout ce que je pense, c'est la remplir...

Et ce congé parental qui finit dans deux ans... Est-ce que cela va être suffisant pour une naissance le temps que tout se mette en marche ? Si on a le droit ? Où vais-je devoir penser en urgences à une reconversion que je n'avais absolument pas prévue de sitôt ?

Trop de questionnement... marre d'attendre ce verdict que je crains de plus en plus... Assez de ne pas savoir... De ne pas pouvoir au moins TENTER MA CHANCE....

 

ça ira mieux demain......