Qu'il est plus facile d'écrire quand la tristesse m'accable.... Pourtant ai-je le droit de pleurer moi l'enfant gâtée de la PMA ? J'aurais pu très bien m'arrêter là en 2016, m'en tenir à mon trio et je n'aurais pas ces larmes amères cette nuit à écrire ce post entre deux sanglots.... Et pourtant ce serait nier mon rêve, mon rêve de 4 qui est là toujours aussi fort... Je n'y peux rien c'est viscéral...

C'était ma 4ème stim... Autant dire que ça pue... Car oui j'ai mal au ventre, oui je saigne déjà à J 12 DPO.... Je suis amère car je ne suis pas revenue dans la bataille parce que je m'ennuyais dans mon coin, non, j'y tiens à ce bébé. Je suis amère aussi parce que depuis le départ les dés étaient pipés...

Les dés pipés ? oui bien pipés, en plus de 10 ans de PMA je n'avais jamais vu ça. Déjà pour ma première stim je n'étais pas franchement ravie qu'on me déclenche avec un follicule pas très gros (16 de mémoire) même si chez moi ils n'ont jamais une taille de rêve ça reste petit. La première deuxième tentative a été arrêtée, car trop de follicules. Pensez vous, il y en avait deux dominants et un plus petit : à presque 40 ans, c'était une aubaine, mais non on m'a stoppée. Les deux gynécos qui me suivent n'ont pas compris la décision de l'hopital, mais oh joie n'ont pas leur mot à dire. Super. La deuxième vraie tentative aurait pu marcher, mais c'est soldée par un échec. A ma décharge j'ai eu un petit accident de voiture au moment où aurait pu se faire la nidation qui m'a bien remuée, mais bon....Pour la troisième il était clair que j'avais ovulé avant l'ovitrelle mais l'hopital ne m'a pas écoutée (crue dirons-nous, même si dans mon cas j'ai de la bouteille ) et n'ont pas fait de contrôle avant l'IAD... l'interne qui a fait l'insémination a tout de même été voir quelqu'un et j'ai entendu la réponse entre deux portes: "oh elles disent toutes ça..."... génial... Pour la quatrième tentative, lors de mon écho le follicule était à 11mm, je me doute qu'il faut alors refaire une autre écho, mais surprise, on me demande de déclencher trois jours après et ce sans contrôle... Je préviens mon gynéco référent, celui qui me suit depuis le départ et me connait le mieux, il me propose une écho supplémentaire, me donne un antagoniste pour éviter une ovulation spontannée car il me demande de réaliser un dernier dosage de trois fois la dose proposée pendant la stim. Le jour de l'insémination, c'est la gynéco de l'hopital qui me suit là-bas qui est là et qui s'offusque elle même du suivi... Elle n'a pas eu son mot à dire et trouve très bien que je me sois débrouillée par mes propres moyens... mais où va-t-on ????? quel manque de sérieux de ce centre ! je suis réellement en colère... J'y tiens à ce bébé ! je ne m'amuse pas à faire tous ces traitements et ces kilomètres par désoeuvrement !

Cette stim était très mal partie depuis le départ, j'aurais du m'en douter... un chalaizion énorme à l'oeil qui m'a lesssivée, suivi d'une rhino carabinée au moment de l'insémination et une grippe intestinale, jusqu'au bout j'aurais été malade....

Alors cette nuit, oui je suis amère, avec mon insomnie, mon mal de bide (si caractéristique d'une fin de cycle bien pourri) et le tout petit pourcentage de moi qui voudrait y croire encore et qui refuse de mettre un tampon... la veille de mes 40 ans... quel cadeau....